Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 11:20

spirale-integrale-tonkam.jpgAllez ça suffit les mièvreries! Pour ceux qui auront lus mon dernier papier, on aurait pu croire que ça y'est, je me mettais au gentil et mignon, que désormais j'étais converti à la gentilllesse et que je n'allais vous parler que d'oeuvre positives et fraîches, tel que "Le tour du monde de Mouk" ou "Devine combien je t'aime"  MOUHAHAHAHA!!! Permettez moi de me gausser! Et pour vous prouvez le contraire, je vais aujourd''hui vous parler de l'exacte opposé. Je vais vous parler du bien tordu Junto Ito, japonais lui aussi (comme quoi il faut de tout pour faire un monde...) et de son univers d'horreur glauque et fascinant, et surtout de son chefs-d'oeuvre (à mon sens) j'ai nommé le très affreux "Spirale". Junto Ito, c'est le mangaka qui est connu dans le pays du soleil Levant pour sa série totalement déjanté de Tomié, l'histoire d'une jeune femme affreusement belle et atrocement machiavélique provoquant le chaos autour d'elle. Quoiqu'un peu répétitive, cette série s'était imposée comme un des manga d'horreur les plus réussis, mais franchement ce n'est rien à côté de ce petit bijou d'absurdité horrifique. Car c'est bien un manga d'épouvante que vous tenez entre vos doigts tremblants mais de l'épouvante pure, grand-guignol, tordue. Difficile d'expliquer ce qui fascine tant dans ces corps tordus, torturés et fasconnés en la spirale du titre. L'histoire se passe dans la tranquille petite ville de Kurouzu, petit port de pêche  endormi dans la torpeur de l'été. C'est ici que l'héroïne, Kirié, jeune lycéenne, va assister impuissante à une étrange malédiction, celle de la spirale. Oui, je sais, dis comme ça ça paraît un peu ridicule et pourtant... Peu à peu des phénomènes étranges se produisent, ça commence par le père de son meilleur ami Shuichi, qui devient peu à peu obsédé par ces formes, il les collectionne, ne fait qu'en parler, en oublie de boire et de manger et qu'on finira par retrouver, mort, enroulé sur lui-même en une spirale grostesque. Peu à peu les habitants de la ville vont tour à tour être frappé de la malédiction qui prendra différentes formes aussi ridicules qu'affreuses. Cheveux qui s'enroulent sur eux-mêmes et aspirant la force des ses porteurs, étudiants changés en escargots visqueux et femmes enceintes qui mettents au monde des petits champignons aux formes hélicoïdales,  sont, entre autres, ce que vous trouverez dans ce manga poisseux et horrible. Mais ce qui est le plus terrifiant, c'est qu'une fois plongé dedans, vous êtes tellement aspiré par l'histoire, comme dans une spirale infernale justement, que vous ne pouvez plus lâcher l'ouvrage et que vous assistez fasciné, horrifié et impuissant, comme Kirié, à la destruction de cette petite ville.Ce manga à la fois atroce, violent et grotesque est l'une des expériences BD les plus dérangeantes auquelles j'ai pû assister. Avant édité en trois tomes, Tonkam, pourtant pas connu pour faire du bon travail d'éditeur, l'a réédité en une superbe intégrale que je vous conseille vivement de vous procurer pour peu que vous soyez amateur d'horreur grand-guignol.20

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 11:01

yotsuba_01.jpgBon, récapitulons: c'est la crise, les traders mèneront à notre perte, nos pays n'ont plus de sous, nous sommes menacés par la fin du monde prenant des formes diverses comme celles de prophéties mayas, météorites et autres accélérateurs à particules, nos centrales nucléaires risquent de nous pêter à la gueule d'un instant à l'autre si nous ne crevons pas d'un cancer quelconque d'ici quelques temps... Voilà voilà, excusez-moi, je suis obligé de compenser la tendance de cet article pour coller avec les autres oeuvres que je présente d'habitude, c'est à dire amer et terrifiant à rendre neurasthénique un petit poney. Parce que ce dont je vais vous parler aujourd'hui est tellement dépourvu de méchanceté, tellement mignon, tellement gentil, tellement agréable qu'il faut je compense un peu sinon je vais me mettre à aller caresser des chatons en roucoulant des "Roooh c'est trop meugnon!" et aller embrasser le premier gamin venu et c'est plein de germes ces machins là, donc je me blinde. Donc, disais-je, je vais vous parler de Yotsuba, le manga le plus adoss_yotsuba_34.jpgdorable qui existe sur cette planète et qui réussi en plus l'exploit de ne jamais tomber dans la mièvrerie. Ici, point de petites culottes, de baston éffrénée ou de perversions diverses qui font la joie des détracteur du genre. Yotsuba, c'est une petite fille de 5 ans, qui s'installe avec son papa dans un pavillon d'une banlieue tranquille d'une ville du Japon. La caractéristique de ce petit bout de femme? Elle s'entousiaste de tout ce qui l'entoure (d'où le sous-titre "Yotsuba enjoy everything"), et le manga est donc une succession de découvertes du monde par cette petite demoiselle. Découvertes qui se révèleront adorables, rafraîchissantes et pleines d'humour à la fois poétique et absurde au contact de ce petit machin aux couettes vertes, à la naïveté désarmante et à l'énergie communicative.  Le monde de Yotsuba est ancré dans un quotidien le plus normal possible mais à son contact tout devient poétique et absurde. Ses réactions de petite fille, à la fois touchante et drôle sont autant de petites touches d'optimisme et de fraîcheur tellement salvateurs dans ce monde parfois dur que cette série devrait être remboursé par la sécu. Le dessin de l'auteur n'a pas son pareil pour nous transmettre les émotions de Yotsuba, rendue expressive à souhait par son trait minimaliste et efficace, on ne peut s'empêcher de sourire devant ses airs de compléxité face à des choses inconnues, son entousiasme pour ce qui l'amuse et ses colères face à ce qu'elle ne comprend pas. Sur les 11 tomes déjà parus, aucune perte de rythme, aucun ennui ne pointe, on suit Yotsuba qui découvre tour à tour les joies du restaurant, du marqueur indélébile, d'un robot en carton ou de la chasse aux chataîgnes sans une seule moue d'ennuie, sans une seule reflexion cynique à la bouche. C'est juste cool, c'est frais comme une bonne limonade dans une journée étouffante de juillet, c'est doux comme un chocolat chaud en hiver par moins 10, ça vaut tout les gifsde chatons du monde tout en étant bien plus intelligent. Bref c'est tout beau tout mignon, une véritable bulle d'oxygène et c'est dit pour une fois sans aucune ironie.Yotsuba3 pg 500

Partager cet article
Repost0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 12:05

TMLP-Gilles-Rochier.jpgJ'aurais adoré vous dire que je vais vous parler aujourd'hui d'une BD drôle et fraîche qui vous amènerait le sourire mais en fait non, désolé. Encore une fois ce sera une histoire noire et amère dont je vais vous parler aujourd'hui: TMLP, donc est une BD bien âcre comme je les aime, vous voilà prévenu. Qui nous parle d'un fait divers tellement banal qu'il en est poignant. Ce roman graphique nous montre comment les frustrations accumulées peuvent mener à l'impensable, à la bêtise, à l'horreur. C'en est tellement bête que s'en est glaçant, mais comme dirait l'autre "C'est trop ça en vrai!". Soit une cité dortoir dans les années 70-80, de ces cités qu'on oublie volontiers et dont on ne se rappelle que lorsqu'un fait divers sordide vient nous rappeler à son bon souvenir. Soit une bande de copains, ni méchants ni gentils, pas des délinquants, pas des saints, juste des mômes normaux, enfermés dans la misère d'une vie bétonnée, les parents au chômedu, les matchs de foot dans les cours désertées, les petites conneries pour tromper l'ennui qui suinte, et puis ce sigle, taggué sur les murs: TMLP. Tout le monde sait ce que ça veut dire mais personne n'en parle, la honte. TMLP, ça veut dire "Ta mère la pute", et on sait que lors des fin de mois difficile, certaines mères vont à la descente de l'arrêt de bus pour les arrondir, ces fins de mois et que pour ça qu'importe les moyens. On sait, mais on se tait, on évite de passer près de l'arrêt de bus à la fin du mois, parce qu'on a peur de ce qu'on peut y trouver, la mère d'un pote, le père d'un pote ou pire sa propre mère... On ne sait pas d'où vient l'argent mais on préfère ne pas poser la question. Et la vie s'écoule, lentement, sans heurts, entre conneries d'ados, crapotage de clope et galères diverses. Mais la honte est là et elle ronge, il suffirait d'un rien pour que ça éclate à la face de tout le monde, un rien, comme une vieille cassette prétée, reprêtée et perdue par exemple... Gilles Rochier n'a pas son pareil pour nous faire ressentir cet ennui, ce calme avant la tempête, les amitiés fortes qui se créent et se défont, ces jeunes terriblement normaux et la frustration qui suinte des murs, les nons-dits qui bouffent tout. Le dessin, très minimaliste, nous prend tout de même aux tripes par sa capacité à capter les détails insignifiants au premier abords mais terriblement importants finalement. Un drame de la misère tout simplement, qui nous montre des gamins normaux, ni des sauvageons, ni des casseurs, pris dans quelque chose qui les dépasse. Je ne sais pas ce qui est le pire, l'extrême banalité de ce drame des banlieues ou le fait que 20 ans plus tard, rien n'a changé, toujours les mêmes angoisses, les mêmes frustrations toujours ce même oubli de la société. Terriblement efficace et terriblement réaliste. Pas étonnant que Baru, connu entre autres pour sa chronique de la banlieue ouvrière dans "Les années spoutnick" et président d'Angoulême 2012 lui ai donné le prix révélation.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 12:18

_photo.jpgTout d'abord, amusons-nous avec un petit jeu rigolo: prenez au hasard dix personnes dans la rue et demandez leurs ce qu'ils pensent d'Olympe de Gouges, vous pouvez être certain que 4 sur 10 vous regarderons avec des yeux ronds (faut dire que se faire interpeller par un inconnu qui vous pose une question de genre a de quoi interloquer), deux vous dirons qu'ils ne regardent pas la Télé réalité, 3 vous diront qu'ils n'ont pas que ça à foutre, et peut-être tomberez vous sur quelqu'un qui vous dira "Attends j'en ai déjà entendu parler c'est pas la meuf à Hallyday?". Après ce jeu rigolo, faites la même chose avec la question suivante "Citez moi une personnalité de la révolution Française", et peut-être aurez vous (pour les plus éclairés), un vague Robespierre ou Rousseau mais je vous défie de trouver quelqu'un qui vous citera cette jeune demoiselle, figure historique oubliée par les historiens de tout bord tant une femme dans l'histoire de France est bien souvent reléguée au rang de pondeuse royale. Bref, heureusement que Catel et Bocquet sont là pour rétablir un semblant de crédibilité à cette femme remarquable à qui l'on doit la première constitution de la femme citoyenne. Après la révolution, cette figure de la révolution fut totalement mise de côté au profit de personnalité tel que Marat ou Robespierre et ne fut réhabilité que depuis peu (2006! c'est dire). Peu de biographie existe sur Olympe de Gouges, pourtant il y a matière comme le prouve ce pavé parut chez Casterman : femme veuve de bonne heure (22 ans), fille naturelle d'un proche de Louis XV, elle refusa toute sa vie de se remarier malgré la protection qu'elle aurait pu en tirer, préférant la liberté au carcan du mariage. Femme libre avant toute les autres, elle écrivit la première constitution pour le droit des femme qu'elle estimait mise au ban de la Révolution française et de nombreux ouvrages et pièces de théâtre pour l'abolition de l'esclavage. Mais son tempérament frondeur et ses attaques contre les massacres perpétués au nom de la révolution, lui coûteront sa tête. Dans ce roman graphique foisonnant de personnalités et de détails, vous plongerez à corps perdu dans la France du XVIIIème siècle, les débuts de la Révolution et les premières années de la Terreur. Un morceau d'Hiolympe_de_gouges_extraits_596221529_north_607x.jpgstoire servi par un dessin au noir et blanc sublime. Catel et Bocquet à qui l'on doit aussi la biographie dessinée de Kiki de Montparnasse, prouvent une fois de plus leurs talent de biographes hors pairs et accessibles à tous. Comme dans leurs précèdent album, un glossaire reprenant tout les personnages de l'histoire se trouve à la fin de l'ouvrage et est des plus bienvenu pour remettre les choses en contextes. Surtout si comme moi, vous n'avez qu'une vague idée des personnalités qui ont jalonnés ce tournant de l'Histoire française. En refermant cet ouvrage une seule pensée vient à l'esprit: Chapeau à la grande Olympe!

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 12:24

album-cover-large-15066Voilà le type d'ouvrage qui laisse un goût amer parce qu'il prouve qu'il ne suffit pas d'avoir deux bons auteurs pour faire une bonne BD. Sur le papier ça paraissait impeccable, Boulet et son univers génialement foutraque et Pénélope Bagieu et son trait rond et efficace, mais comment dire? Bin vous voyez, c'est un peu comme si vous mettiez ensembles du chocolat et des olives aux anchois (j'adore les olives aux anchois) , c'est vachement bon pris chacun de son côté mais si vous mélangez les deux vous allez faire une drôle de tronche. Là c'est un peu pareil, ça fonctionne pas, bon c'est pas mauvais disons, j'ai lu pire mais vu les pointures, je sais pas je m'attendais à beaucoup mieux. Peut être que j'en attendais trop.Bon un mot rapide de l'histoire, une jeune femme se réveille sur un banc et s'apperçoit qu'elle a totalement perdu la mémoire. Rien, la page blanche (d'où le titre...), elle va donc tenter de retrouver son histoire tout en le cachant aux gens qui semblent la connaître. Là encore, un idée rigolote, avec en toile de fond le problème de l'uniformisation de la pensée, une idée chère à boulet, mais ce genre d'histoire qui aurait pû faire une excellente nouvelle, tombe à plat dans une BD de 200 (!) pages. Rebondissement poussifs et dessins ultra minimalistes on a l'impression que les auteurs ont plutôt bosser dans le remplissage de page plutôt que dans un scénar qui tienne un peu la route. Si ce n'est la pirouette finale relativement amusante, le reste se lit sans y penser et s'oublie tout pareil. C'est d'autant plus frustrant que Pénélope Bagieu avait prouvée avec Cadavre exquis , histoire inventive et acide, qu'elle était capable de pondre autre choses que de gentils petits dessins girly, et que Boulet... Bin c'est Boulet quoi, la star de la blogosphère et son dessin génial et ses idées farfelus et son humour incomparable. D'où le sentiment de gâchis devant ce truc sans saveur. Et pourtant dieu sait si j'étais dans de bonnes dispositions en le lisant, j'ai même essayé de me convaincre à la fin de ma lecture (j'ai eu toute une conversation d'une confondante mauvaise foi avec un collègue qui l'avait lu aussi, "Franchement, avoue c'est bof non?"

-Mais pas du tout, c'est juste un peuuu léger c'est tout mais c'est efficace

-Non mais sérieusement, ça tient pas...

-Mais tu comprends pas c'est BOULET

-Oui mais...

-C'est BOULET!!!!

-Mais le scénar...

-C'est BOULET!!!! tu la fermes et tu savoures (même si ça le goût de rien))

Bref tout ça pour dire: tout ça pour ça? Ca n'a pas empêché la BD de très bien se vendre, sans doute justement parce que c'est Bagieu et Boulet du coup ça sent un peu l'opération marketing,et perso je suis un peu mal à l'aise face à ce coup de pub, d'où le goût amer.

Raté c'est vraiment raté et ça me fait mal au bide de l'écrire...

Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 11:11

Metamorphose-iranienne-couv-600.jpgOui bon, ça fait super longtemps que je n'ai pas publié, mais j'avais une super excuse: mon chien était malade et a mangé mon clavier, j'étais malade et j'ai mangé mon clavier, y'a eu un incendie chez moi, une inondation, j'avais la flemme, autre chose à faire (choisissez l'excuse qui vous paraît la plus crédible et/ou la plus rigolote, ces excuses n'étant pas protégées par un copyright vous pouvez les réutiliser à votre guise, c'est cadeau ça me fait plaisir).

Bref, j'ai au moins la circonstance atténuante de revenir avec de la (très) bonne came. J'ai nommé "Une métamorphose Iranienne" de Mana Neyestani, petit bijou grinçant et glaçant d'une absurdité telle que si ce n'était pas un témoignage on en croirait pas une ligne et pourtant... Bienvenue dans l'univers Kafkaïen du régime iranien et de son combat contre la liberté d'expression qui prend des proportions absurdes comme dans le cas qui nous préoccupe ici. L'auteur est un jeune dessinateur d'un journal pour enfants. A la suite d'une lecture de La métamorphosede Kafka, l'auteur imagine une histoire rigolote où l'un de ses personnages est aux prises avec un immense cafard qui a élu domicile dans son appartement. Jusque là, rien d'anormal, mais l'auteur a le malheur d'utiliser un terme azéri  (communauté d'origine turque) pour faire parler le cafard. Des groupuscules terroristes sortent alors l'image du contexte pour soulever la communauté Azéri, sous-entendant que l'auteur (et le journal qui le publie) les assimilent à des cafards. Ni une ni deux, cette image met vite le feu aux poudres de cette communauté souvent pointé du doigt et le dessinateur est accusé d'avoir provoqué ce soulèvement. Le voici enfermé en prison du jour au lendemain sans rien comprendre à ce qui lui est arrivé. S'ensuit alors une longue et infernale descente aux enfers où le narrateur, enfermé entre quatre murs, attend que l'on vienne le libérer. Point de torture physique ni de mauvais traitements néanmoins dans cette prison, mais une torture mentale bien plus insidieuse et pernicieuse se met en place: celle des interrogatoires. Tout les jours Mana est interrogé sur les motivations qui l'ont poussé à déclencher ces émeutes, tout les jours Mana ne comprend rien à ces accusations et tout les jours on le remet en prison en lui disant "Eh bien tant que vous ne savez pas, vous resterez ici", au passage on lui demande des infos sur d'autres dessinateurs qui pourraient avoir des comportements suspects en lui faisant comprendre à quel point il est chanceux, qu'il pourrait être transféré dans une autre prison où là on pratique la torture s'il n'est pas coopératif. Le cauchemar dure pendant des mois et ce n'est malheuresement que le début. Sans vous révéler tous les rebondissements de l'intrigue qui se lit comme un polar, sachez en tout cas que l'auteur est actuellement réfugié en France où il tente d'obtenir un statut de réfugié politique.

Cette BD est une véritable réussite, tant au niveau graphique que narratif, l'auteur n'a pas son pareil pour nous faire ressentir son incompréhension et les rouages ubuesques des prisons iraniennes. Sans complaisance mais sans voyeurisme non plus, il nous entraîne dans son récit dont on ressort secoué et fasciné. Magnifique!Metamorphose_vf--70BD.jpg

Partager cet article
Repost0
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 16:22

jolie.jpgNombreuses sont les oeuvres mettant en scène des lilliputiens qui évoluent dans un monde magique et merveilleux où ces petites créatures minuscules forment une société parallèle aux hommes. L'exemple le plus récent étant sans doute Arriety, dessin animé sympathique des studios Ghibli. Souvent, ce monde est touchant, mignon et rigolo, peuplé de petite créatures troooop kawaï, qui font des papouilles aux petits zoziaux et dont les souris sont leurs amis, tout ça tout ça... On pourrait croire que Jolies ténèbres est une de ces oeuvres joyeuses et sans danger, les dessins sont ronds et tout mignons, les petites créatures souriantes et insouciantes gambadent dans une forêt enchantée.  Soudain, l'une d'elle est embarqué dans une fourmilière et dévorée, et là vous vous rendez compte que vous n'êtes pas chez Walt Disney, mais que vous êtes chez Velmann et Kerascoët et que le gentil monde tout mignon tout plein est en réalité  un nit de noirceur et de cruauté. Peu à peu vous vous apercevez que la chose dans lequel ce merveilleux monde mignon tout plein a élu domicile n'est autre que le cadavre encore frais d'une petite fille. Brusquement vous vous rappelez que le trait mignon et frais de Kerascoët vous l'avez déjà dans l'univers glauque à souhait de Miss Pas touche, mais c'est trop tard, vous voilà pris de fascination pour l'oeuvre affreuse et envoûtante de Jolies Ténèbres, ou la vie d'une royauté liliputienne perdue dans une grande forêt est mené par le bout du nez par une reine capricieuse, mégalomane et sadique qui persécute pour le plus grand plaisir de sa petite cours d'admirateurs des créatures qu'elle trouve trop laide, où des petits bonhommes au grand yeux se font dévorer vivants par des fourmis et des oiseaux, où la souffrance et l'amertume peuvent mener à la vengeance la plus cruelle qui soit. Conte noir et gothique, cauchemardesque, à la poésie  vénéneuse et envoûtant comme un poison fascinant, cette bande dessinée mérite bien son titre, les ténèbres n'ont jamais été ausi jolies... jolies_tenebres.jpg

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 15:21

The-Troll-Hunter-Affiche-France.jpgGerardmer, le grand festival du film fantastique a une fâcheuse tendance à récompenser des petits bijoux du fantastiques totalement improbables, on leurs dois nottamment d'avoir mis au devant de la scène en pleine période Twilght, un bijou du film vampirique nommé Morse, superbe film noir totalement incroyable, tourné avec trois bouts de ficelle et une inventivité sans précédent, prouvant que toute la production de film fantastique n'avait pas encore sombré dans la mode gothico-romantique de bas étage pour ados boutonneux. Cette année encore, ils frappent un grand coup en récompensant cet Ovni norvégien qui est Troll Hunter. Comme d'hab', lorsqu'il s'agit d'un petit film indé, comme beaucoup de productions récompensées à Gérardmer, 'faut vous levez tôt pour trouver une salle qui le passe, c'est bien simple, à Paris où je demeure, y'en avais qu'une (alors que des navets hollywoodiens comme Green Lantern qui rien que par son affiche mériterait un procès pour insulte au bon goût, trouve sa place dans tout les cinés de France et de Navarre allant même parfois jusqu'à réquisitionner deux salles rien que dans un seul ciné, mon dieu, pourquoi nous as-tu abandonné?) et en plus à un horaire où tout les honnêtes gens sont couchés. Bon, n'étant pas honnête et crevant d'envie de voir ce film, je m'y suis donc attelé et ne fut pas déçu du voyage. Ce film est poilant et inventif, comme tout bon film fantastique se devrait de l'être et les trois personnes qui étaient dans la salle avec moi seront d'accord. Le principe du film en lui-même n'est pas des plus originaux, faux reportage retrouvé après la disparition mystérieuse de trois étudiants, clin d'oeil au fameux Projet Blair Witch, néanmoins le principe marche du tonnerre et donne une authenticité bien marrante à ce gros délire. L'histoire donc est celle de trois étudiants faisant un travail de fin d'étude qui se mettent à suivre un étrange bonhomme qu'ils soupçonne de braconner les ours. Malgré la réticence de l'homme à s'expliquer, les étudiants le suivent secrètement dans une forêt perdue au fin fond de la Norvège et tombent nez à nez avec... un troll! (oui bah mais vu le titre vous vous attendiez à quoi? A un doryphore?), grâce à l'homme qu'ils poursuivaient, ils échappent de justesse à l'attaque de la mystérieuse créature et découvre la vérité: les trolls peuplent les forêt norvégienne et notre homme n'est autre qu'un chasseur de Troll engagé par le gouvernement pour éviter que ces derniers ne s'échappent des réserves où ils sont parqués. Les conditions de travail étant très insatisfaisantes, le chasseur employé de la TST (Troll Sécurité pour Tous), décide d'accepter d'être suivi par les trois étudiants afin de faire pression sur ses employeurs pour que la convention collective soit revue, ce qui n'est pas du tout du goût du gouvernement qui tente par tout les moyens d'étouffer les affaires de Troll. Dans ce film vous apprendrez à reconnaître les passages de troll (il y a des arbres arraché partout), qu'il ne faut surtout pas être chrétien si vous souhaitez passer inaperçu de ces derniers (ils vous reniflerait à des kilomètres),   que vous pouvez les combattre à coups de lampe à bronzer, que le métier de chasseur de Troll est je cite: "Un boulot de merde" et bien d'autres choses encore. Avec un humour noir et potache type C'est arrivé près de chez vous,  ce film fantastique vous entraîne dans son sillage rigolard et décomplexé. Bon ce n'est pas avec ça que vous frissonnerez mais en attendant, vous aurez passer un bon moment. Inventif (les scènes avec les trolls sont criantes de réalisme), ce film donne aussi très envie de visiter la Norvège car il s'attarde à montrer les paysages splendides qui façonne ce pays (enfin moi du coup, j'ai pas super envie d'aller trop dans leurs montagnes hein, vous le comprendrez en voyant le film). Le dernier primé de Gerardmer prouve une fois de plus que le fantastique n'est pas mort et réserve encore bien des surprises. Et la prochaine fois qu'il y aura une disparition de touriste en Norvège et que le gouvernement accusera les ours, vous saurez que ces pauvres bêtes n'y sont pour rien...

Partager cet article
Repost0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 13:49

2666.jpgBon ça fait longtemps que je n'ai pas posté (45 jours d'après le site...), j'adorerais prétendre que c'est parce que j'étais trop occupé par mes lectures mais en fait non...De toute façon je parie que mes trois lecteurs ne s'en sont même pas rendu compte (coucou poune juste pour te rappeler que j'ai retrouvé ton bouquin...) Enfin bref, pour compenser aujourd'hui je vais vous parler de groooos livre, 1362 pages pour être plus précis. Le genre de pavé que vous ne pouvez que prendre pour vos vacances mais en vous demandant si vous allez devoir payer un supplément bagage dans l'avion, ou que vous  mettrez un an à lire si ce n'est pas le cas. En fait non, d'ailleurs je vous conseille de le prendre pour vos vacances car si vous mettez un  an pour le lire, vous allez être comme moi, complètement paumé. Je m'explique: ce bouquin est un véritable labyrinthe!  Pour suivre Bolano dans les méandres de son récit, il faut être bien accroché et bien concentré. Non que ce ne soit pas interressant, ce livre est exceptionnel, sans doute LE livre de la deuxième dizaine du millénaire (et oui déjà les zamis), sans doute aussi important que des monuments tel que Belle du seigneur ou La recherche du temps perdu, mais c'est intense vraiment intense. Brillant, très brillant, peu être un peu trop d'ailleurs au point de faire mal aux yeux, au point de se sentir un peu bête face à un tel chefs d'oeuvre, au point de se demander si on a le QI nécessaire bref,  ce livre est d'une intelligence rare, l'oeuvre d'une vie (l'auteur est mort juste après, un signe sans doute...) mais ce n'est pas le genre d'ouvrage que vous pouvez lire que d'un  oeil, en pensant à autre chose. Bon passons à l'histoire, là je suis assez emmerdé parce que, vous racontez une histoire irracontable c'est pas facile. Alors en gros (en gros hein, c'est vraiment les grosses lignes, genre faites au marqueur), c'est l'histoire de 4 universitaires spécialistes de littérature allemande qui découvrent un peu par hasard un mystérieux auteur, Von Archiboldi, écrivain allemand dont personne, même son éditeur, ne semble rien savoir. Lui vouant un culte, ces chercheurs vont tenter de partir sur ses traces, cette aventure va les emmener jusqu'au Mexique où des meurtres sanglants de jeunes femmes endeuillent  une petite ville perdue. Bon donc là vous avez les grandes lignes, mais sachez que ce récit foisonnant ne se contente pas de de suivre les pérégrinations de ces quatres protagonistes, non, il prend moults chemins détournés, partant d'un détail dans la conversation pour se lancer dans une diatribe sur les phobies, d'un personnage tout à fait secondaire pour partir sur la piste de sa fille disparue, d'un professeur d'université qui vous emmenera à la découverte de la géométrie des auteurs (oui là j'ai pas trop compris non plus), et j'en passe. Vous l'aurez compris, ce roman est la quintessence du roman choral, énorme, magnifique, intelligent mais intense, réellement intense, il perd le lecteur volontairement pour mieux lui donner le vertige et ça marche du tonnerre! Je n'ai jamais été aussi perdu et aussi content de l'être, ce roman est fascinant, magnifique, il FAUT le lire mais le lire avec attention, tous les neurones en alertes, vous voilà prévenu!

Partager cet article
Repost0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 13:42

winshluss-pinocchio-002.jpgLes temps sont durs pour les maisons d'édtions indépendantes et ce n'est pas Les Requins Marteaux qui prouveront le contraire... Après la déblacle de l'Association, c'est au tour de cette excellente maison de prendre l'eau et de courir à la débacle financière. C'est l'occasion pour moi de faire un focus sur une de leur production les plus fameuses et sans doute aussi la plus réussie des productions indépendantes de ces dernières années: l'inénarable Pinocchio de Winshluss, pavé de 300 pages, roman graphique quasi muet et déjanté où l'univers sucré des contes de fées passent à la moulinette poissarde de cet auteur génialement tarré. Oubliez le gentil Pinocchio de Walt Disney, ou plutôt si, souvenez-vous en pour mieux apprécier le détournement, car ce Pinocchio est un bijou d'humour noir , mais alors très noir, genre 99,9% de cacao (le 0,01% de sucre je vous laisse le découvrir...).Bien plus proche de l'univers de l'oeuvre originale de Collodi, pour le coup plus sombre que la version sucré de Walt Disney. Dans la version de Winshluss, PInocchio est une arme de destruction massive crée par un Gepetto avide d'argent et de pouvoir, mais qui, après avoir cramé la femme nymphomane de son créateur à l'aide de son nez qui fait office de lance-flamme, est obligé de s'enfuir, il sera suivi par sa "conscience", un cafard alcoolo et grand procrastineur, qui squatte la tête de la marionnette après avoir été foutu à la porte de son logement pour non paiement de loyer. Au cours de leurs périple ils rencontreront, en vrac, Blanche-Neige qui tente d'échapper à des nains complètement pervers, adeptes du viol sous toutes ses formes (je vous ai dit que c'était trash?), une machine serpentine qui bosse dans l'armement, un aveugle qui deviendra borgne et intégriste religieux, un roi mégalo, des hommes changés en chiens et j'en passe des vertes et des pas mûres. Au passage, Winshluss brocarde le militarisme, le fanatisme, la religion, la quête de pouvoir et la perversion sous toute ses formes. Muet la plupart du temps, le dessin est d'une rare expressivité et le  trait de Winshluss, faussement désuet rajoute à l'étangeté de ce récit fascinant et poisseux. Dans une édition superbement relié sur un papier mat du meilleur effet, ce bouquin est un ovni inclassable et génial. Courrez vous le procurer si ce n'est pas fait, avant que les Requins Marteaux disparraissent entraînant dans leurs chutes ce bijou inestimable, et qui sait? Ca pourrait peut être leurs sauver la mise, en ce cas, vous aurez fait une B.A. qui vous apportera sacrément plus que le dernier CD des enfoirés...G_7946_01.JPG

Partager cet article
Repost0