Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de livresselivresque.over-blog.com
  • Le blog de livresselivresque.over-blog.com
  • : un lectivore donne ses points de vue sur la littérature
  • Contact

Recherche

Liens

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 15:39

trois-hommes.jpegDans un précédent papier, je parlais des vampires bras cassés de la Vierge de Glace. Aujourd'hui, je vais parler d'humains tout aussi peu doués. Mais c'est comme ça, que voulez vous, autant les personnages parfaits à la Largo Winch,  les héros sans peur et sans reproche comme peut en pondre Coben me font bailler d'ennui, autant les andouilles pas doués et tellement bêtes qu'ils défient à eux seuls la théorie de Darwin sur la sélection naturelle me sont affreusement sympathiques... Certaines langues de vipères (et je les enquiquinent) diront que c'est parce qu'ils me ressemblent que je les aime bien. Mais il est vrai que je peux plus facilement m'identifier à Doug, un des héros de ce roman, qui passe ses journées dans son appartement en bordel, à fixer le plafond et à se dire qu'il faudrait qu'il le repeigne sans le faire depuis un an, qu'à un héros capable de tuer cinq méchant rien qu'avec une balle dans son revolver, c'est comme ça on se refait pas... Bon alors, vous l'aurez compris, l'histoire de ce bouquin c'est une tranche de vie de trois andouilles, un repris de justice reconverti dans le promenage de chien et deux loosers perpétuellement défoncés à la marijeanne. Soit Kevin, Mitch et Doug qui traînent leurs savates dans un Pittsburg grisâtre et déprimant où la seule perspective d'activité professionelle consiste à aller pointer à l'agence pour l'emploi du quartier. Mais comme tout bon looser qui se respecte, les trois lascars ont des rêves de fortunes rapides et faciles (enfin surtout Kevin, les deux autres se contentent de le suivre entre deux fumettes...), Kevin décide donc de monter un gros coup, le braquage d'un transporteur de fond qui fait tout les jours le même chemin vers la banque de la ville. Mais c'est pas facile de mettre sur pied un braquage de professionnel quand on a ni voiture, ni argent pour acheter des armes ni même un  plan digne de ce nom... A la fois drôle et pathétique, ce roman ne serait qu'une farce si Levison ne nourissait une véritable tendresse pour ses personnages, tous pétris de bêtise tendre et de rêves innaccessibles, ces trois  crétins nous parraissent finalement bougrement sympathiques et on rêverais qu'ils réussissent leurs coup foireux, même si c'est prodigieusement mal barré... Un très bon roman de détente, qui se lit sans en avoir l'air tout en offrant de vrais moments de drôlerie.

Partager cet article

Repost 0
livresselivresque.over-blog.com - dans ça c'est du bon
commenter cet article

commentaires