Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de livresselivresque.over-blog.com
  • Le blog de livresselivresque.over-blog.com
  • : un lectivore donne ses points de vue sur la littérature
  • Contact

Recherche

Liens

15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 13:42

winshluss-pinocchio-002.jpgLes temps sont durs pour les maisons d'édtions indépendantes et ce n'est pas Les Requins Marteaux qui prouveront le contraire... Après la déblacle de l'Association, c'est au tour de cette excellente maison de prendre l'eau et de courir à la débacle financière. C'est l'occasion pour moi de faire un focus sur une de leur production les plus fameuses et sans doute aussi la plus réussie des productions indépendantes de ces dernières années: l'inénarable Pinocchio de Winshluss, pavé de 300 pages, roman graphique quasi muet et déjanté où l'univers sucré des contes de fées passent à la moulinette poissarde de cet auteur génialement tarré. Oubliez le gentil Pinocchio de Walt Disney, ou plutôt si, souvenez-vous en pour mieux apprécier le détournement, car ce Pinocchio est un bijou d'humour noir , mais alors très noir, genre 99,9% de cacao (le 0,01% de sucre je vous laisse le découvrir...).Bien plus proche de l'univers de l'oeuvre originale de Collodi, pour le coup plus sombre que la version sucré de Walt Disney. Dans la version de Winshluss, PInocchio est une arme de destruction massive crée par un Gepetto avide d'argent et de pouvoir, mais qui, après avoir cramé la femme nymphomane de son créateur à l'aide de son nez qui fait office de lance-flamme, est obligé de s'enfuir, il sera suivi par sa "conscience", un cafard alcoolo et grand procrastineur, qui squatte la tête de la marionnette après avoir été foutu à la porte de son logement pour non paiement de loyer. Au cours de leurs périple ils rencontreront, en vrac, Blanche-Neige qui tente d'échapper à des nains complètement pervers, adeptes du viol sous toutes ses formes (je vous ai dit que c'était trash?), une machine serpentine qui bosse dans l'armement, un aveugle qui deviendra borgne et intégriste religieux, un roi mégalo, des hommes changés en chiens et j'en passe des vertes et des pas mûres. Au passage, Winshluss brocarde le militarisme, le fanatisme, la religion, la quête de pouvoir et la perversion sous toute ses formes. Muet la plupart du temps, le dessin est d'une rare expressivité et le  trait de Winshluss, faussement désuet rajoute à l'étangeté de ce récit fascinant et poisseux. Dans une édition superbement relié sur un papier mat du meilleur effet, ce bouquin est un ovni inclassable et génial. Courrez vous le procurer si ce n'est pas fait, avant que les Requins Marteaux disparraissent entraînant dans leurs chutes ce bijou inestimable, et qui sait? Ca pourrait peut être leurs sauver la mise, en ce cas, vous aurez fait une B.A. qui vous apportera sacrément plus que le dernier CD des enfoirés...G_7946_01.JPG

Partager cet article

Repost 0
livresselivresque.over-blog.com - dans ça c'est du bon
commenter cet article

commentaires