Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de livresselivresque.over-blog.com
  • Le blog de livresselivresque.over-blog.com
  • : un lectivore donne ses points de vue sur la littérature
  • Contact

Recherche

Liens

19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 11:50

201209-23prostituees_c.jpgVoilà une bd qui fait couler beaucoup d'encre en ce moment, pas de raison pour que j'ajoute pas mon petit grain de sel... En même temps ça m'embête un peu de dire du mal d'une BD de chez Cornélius vu que c'est quand même une excellente maison d'édition à qui l'on doit notamment la somptueuse édition de "La crème de Crumb", qui àlui seul mériterait qu'on considère cette maison d'édition comme la plus importante de ces dernières années en matière de BD underground. Mais là les gars, l'underground c'est bien joli mais si c'est pour éditer des récit aussi peu intéressant dans la forme et aussi simpliste dans le fond, je suis pas sûr que ça en vaille la peine. "23 prostituées" raconte par le menu, la relation de Chester Brown avec des prostituées donc, il dresse une sorte de catalogue des jeunes femmes, montrent de manière clinique les rapports ainsi que ses discussions avec ces dernières ou encore ses amis qui désapprouvent son recours au "plus vieux métier du monde". Jusque là rien à dire, le sujet est intéressant, d'autant que les témoignages de client sont forts rares et c'est en cela que l'exercice aurait pu être vraiment novateur mais voilà, ça l'est pas du tout!En réalité ce roman graphique est uniquement fait pour dédouaner l'auteur pour son recours à la prostitution. Si je résume le bonhomme: en gros, les relations amoureuses ça fait trop mal quand ça se finit (pov'chouchou va!) autant avoir recours à la prostitution, au moins en payant les filles y'a pas de lézards, on a ce qu'on veut sans s'encombrer d'une relation. Moui... Tu m'étonnes qu'il a des problèmes relationnels le monsieur avec un raisonnement pareil. Chez Chester Brown, les prostituées (ou plutôt escorts) sont plutôt contentes de leur sort et non sujettes à l'exploitation, d'ailleurs aucunes ne s'est plaintes à lui quand il les interrogeait si ça c'est pas une preuve! (Bon moi je sais pas, mais je vois mal une prostituéedirent au client avec qui elle vient de coucher "Putain j'ai vraiment un boulot de merde et ouvrir les cuisses pour des inconnus c'est vraiment l'enfer:" je pense que pour faire fuir la clientèle y'a pas mieux mais bon...), bref, d'après M. Brown, la prostitution est la panacée des relations hommes/femmes. Bon, c'est son point de vue, pourquoi pas, on est en démocratie, du coup je peux de mon côté dire que c'est une complète connerie. A dire vrai, ce bouquin ne m'aurait pas autant énervé si l'auteur se contentait juste d'exposer son point de vue sans essayer de me prouver par A+B à quel point il avait raison et à quel point ceux qui pensent le contraire sont des rétrogrades réactionnaires et coincés. Et vas-y que je te démontre à la fin de l'ouvrage par des arguments plus ou moins fumeux, les objections du lecteur ou celui des féministes anti-prostitution, et vas-y que je fais des raisonnements à l'emporte pièce pour démonter les objections de mes potes... Bref, à force d'essayer de nous faire comprendre qu'il n'est pas un sale type (ce dont on a jamais douter pépère, là n'est pas le propos), l'auteur fini par nous agacer au plus haut point. Quand au graphisme, , c'est sans doute voulu par l'auteur mais c'est assez morne. On se retrouve face à des petits épisodes, assez semblables les uns les autres, décrivant par le menu, les choix de l'auteur et les relations qui en découlent, saluons quand même le fait que le récit ne tombe jamais dans le graveleux, c'est clinique et c'est sans doute la meilleure manière de décrire les choses sans tomber dans l'érotisme ou la sexualité exacerbé ce qui aurait nuieau propos. Mais bon sang que c'est morne et lent tout ça! Sous prétexte que c'est du roman graphique, on fout aucun effet de style ou de mise en scène, c'est d'un plat, d'un long! Bref, si vous voulez une vrai bonne bd sur les réalités de la prostitution, sans fard mais sans misérabilisme, lisez "Jeanine" de Mathieu Picard, parce là c'est vraiment raté, la volonté de l'auteur de nous prouver la saineté de sa démarche nuis totalement au fond qui mérite pourtant une discussion sérieuse et sans hypocrisie. Pour ou contre la prostitution, là n'est pas le débat, la question est surtout comment éviter ce genre d'oeuvre qui sous couvert d'objectivité, tente de vous faire avaler n'importe quoi.

Partager cet article

Repost 0
livresselivresque.over-blog.com - dans le contournable du mois
commenter cet article

commentaires